Adultes

Aujourd’hui les Troubles Musculo-squelettiques représentent la plus grande partie des dépenses de l’assurance maladie avec une sinistralité qui ne cesse d’augmenter. En quelques chiffres et selon le rapport de l’AM en 2014 :

« […] En 2014, plus de 1,1 million de sinistres (accidents du travail, de trajet et maladies professionnelles) ont été reconnus et pris en charge, dont plus de 750 000 ayant entraîné un arrêt de travail ou une incapacité permanente. […] les troubles musculo-squelettiques représentent 87 % des maladies professionnelles. »

ANALYSE:

Le plus fréquemment l’ergonomie du poste de travail est à revoir. Le trouble postural du à des positions répétées et maintenues classiquement assis devant un ordinateur (poste administratif /hôtesse de caisse…) demandent concentration et répétition de gestes simples induisant à long terme un raccourcissement des divers groupements musculaires entrainant l’apparition de douleurs chroniques.

De façon diamétralement opposée on retrouve également un grand nombre d’AT dus à des professions demandant des actes de manutention lourde ou la mobilisation de charge exceptionnelles sans pour autant toujours avoir la capacité de se positionner correctement ( BTP / Artisans …).
Ces derniers globalisent le plus grand pourcentage des AT dont les conséquences sont souvent plus importantes vis à vis d’autres professions qualifiées de sédentaires.

Face à ces chiffres édifiants de plus en plus de grandes et moyennes entreprise ont recours aux services d’Ostéopathes pour réduire la fréquence d’apparition des TMS qui condamne trop souvent le salarié a un arrêt de Travail.

LE STRESS:

En plus des deux situations mécaniques évoquées précédemment il ne faut pas oublier qu’à cela se rajoute le STRESS. Ce fauteur de trouble insidieux agit à différents niveau sur le corps et malheureusemment jamais dans le bon sens. Classiquement on le retrouve présent sous 3 étapes.

-La phase d’apparition qui correspond bien souvent à un choc émotionnel ou somatique, violent et unique (chute) ou bien mesuré mais répété (contexte professionnel).

-La phase de résistance qui correspond aux réactions mécaniques, métaboliques et biochimiques que le corps met en place pour lutter contre ce stress (modifications des marqueurs biologiques / hormones ect…)

-La phase d’épuisement (burn out /bore out) malheureusement de plus en plus fréquent de nos jours. Il traduit le fait que le système nerveux épuisé gaspille une grande quantité d’énergie à stabilisé une situation qui globalement ne dépend plus simplement de lui même. En général on perçoit une altération globale de l’état général (trouble du sommeil, trouble cardio-vasculaires, troubles digestifs, troubles musculo-squelettiques, troubles de l’humeur…)

LA PRISE EN CHARGE OSTEOPATHIQUE:

Que çà soit dans un contexte purement mécanique ou avec un abord un peu plus somatique l’Ostéopathie permet l’amélioration des ces différents troubles. En effet grâce à son concept de globalité du corps les ostéopathes interviennent a la fois sur les pertes de mobilités, sur  l’harmonisation des mouvements des différents segments du corps mais également favorise la distribution de la gravité dans les membres permettant ainsi de restaurer le bon équilibre mécanique. Ils travaillent également de façon à restaurer la respiration profonde et abdominale des patients ce qui permet d’améliorer ainsi le troubles cardio-vasculaires, les troubles digestifs, les insomnies ect… Le fait de d’ôter les mécanismes responsables des verrouillages anatomiques conduit donc à une forme de libération somatique et émotionnelle.

L’ajout de postures correctives et d’exercices d’étirements permettent de renforcer encore l’efficacité de la séance et assure au patient d’ancrer les résultats dans le temps.